1 | Réussir à se lancer

Réussir à se lancer

Des pensées bloquantes peuvent parfois t’empêcher de dire aux autres quand ça ne va pas. Ton cerveau les fabrique et la peur qu’elles soient vraies t'empêche d’en parler.

Voici quelques astuces pour te lancer. N’oublie pas : tu en vaux la peine, et qu’il y a toujours quelqu’un·e qui est là pour toi même si tu n'en as pas l'impression.

Je ne veux pas
déranger

Si tu veux en parler à des gens que tu connais et avec qui tu te sens en confiance, dis-toi que ces personnes s’intéressent à toi, à ce que tu vis et à ton bien-être.

Il existe aussi des services d’écoute et des professionnel·le·s de santé mentale qui sont là pour toi. As-tu peur de déranger ton·a dentiste quand tu vas consulter ?

Une lune turquoise

Ce n'est jamais le bon moment

Parfois, ça sort tout seul, sans prévenir. On te demande comment ça va et ta langue se délie. Et si te te sens bloqué·e, tu peux faciliter l'échange en définissant :

 

  • Si tu préfères être en tête-à-tête avec la personne ou au téléphone ?

  • Si tu es plus à l'aise le matin ou le soir ?

  • Si tu te sens mieux dans un endroit calme (parc) ou plutôt animé (café) ?

 

Aménage le safe space dans lequel tu te sentiras le·la plus à l'aise pour t'exprimer.

Deux pansements roses qui forment une croix

Je crains la réaction des autres

Avant d'échanger avec ta personne de confiance, tu peux lui partager tes craintes concernant sa réaction : ça l’aidera à mieux comprendre tes attentes. Tu peux dire par exemple :

 

  • « Je te dis un truc mais j’ai besoin que tu m’écoutes jusqu’au bout »

  • « Si tu penses que c’est bête de réagir comme ça, ne me le dis pas »

  • « J’ai pas besoin que tu me dises quoi faire, j’ai vraiment besoin que tu m’écoutes », etc.. 

N’oublie pas que les gens peuvent te surprendre dans leurs réponses. Ta parole est importante.

Une petite explosion

J'ai peur d'être faible

Demander de l’aide, ce n’est pas être faible, au contraire, c'est courageux : c'est accepter d’être vulnérable et de faire entrer l’autre dans son intimité, ce qui n’est pas toujours facile.

 

On a longtemps négligé l’importance de parler de sa santé mentale alors que c’est tout aussi important que de s'occuper de sa santé physique. Est-ce que tu as peur d’être percu·e comme faible lorsque tu dis que tu as mal au ventre ou mal à la tête ? Aller mal, que ce soit physiquement ou mentalement, c'est humain.

Un petit visage avec une larme à l'oeil